Historique de TaeKwon-Do

    

  gchhhm.jpgGénéral Choi Hong Hi
Père du Taekwon-Do
Né en 1918, Kilju
Décédé en 2002, Pyongyang

Général Choi Hong Hi, Fondateur et Président de la Fédération Internationale de Taekwon-Do est décédé le 15 juin 2002 à Pyongyang, en Corée du Nord.Le 11 avril 1955, une réunion fut tenue par un conseil spécial de maîtres, d’historiens et d’autres membres importants de la société coréenne. Leur but était de coordonner les divers «kwans» (écoles) et sélectionner un nom pour l’art martial de style coréen nouvellement organisé. Après avoir passé en revue différents noms pour ce nouveau style, ils ont choisi le nom soumis par Général Choi Hong Hi. Le nom était « Tae Kwon Do ».Général Choi est reconnu à travers le monde comme étant le Père du Taekwon-Do et le Fondateur de la Fédération Internationale de Taekwon-Do (ITF). Il a également créé le système ITF tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Le Taekwondo

 Définition

Le Taekwon-Do/Taekwondo est un art martial externe d’origine coréenne. Il peut se traduire par La voie du pied et du poing (tae, pied – kwon, poing – do, voie). 

Historique

Des débuts à 1973

Le Taekwon-Do est officiellement né le 11 avril 1955, après un long travail de développement et d’unification des différentes écoles d’arts martiaux coréennes. C’est donc à la fois le fruit d’une longue tradition martiale et le fruit du travail d’un homme, le Général Choi Hong Hi, qui présida la réunion de 1955. Ce dernier commence en effet sa pratique du Taekyon, un très ancien art martial coréen basé sur des techniques de jambes très complètes pendant sa jeunesse. Nous sommes dans l’entre deux guerres, et
la Corée est encore sous la domination japonaise. Lorsque le jeune Choi part faire ses études au Japon, il rentre en contact avec le Karate de Maître Funakoshi, sous la direction duquel il commence à pratiquer. De retour en Corée, il poursuit son travail sur le développement d’un nouvel art martial, combinaison du Karate et d’anciens arts martiaux coréens. Mais
la Seconde Guerre Mondiale éclate, et il est enrolé de force dans l’armée japonaise. A la libération, son travail sur l’art martial continue. Mais
la Corée est de nouveau plongée dans la tourmente du conflit idéologique entre Nord et Sud. Choi Hong Hi s’engage dans le toute jeune armée Sud-coréenne, qu’il contribue à fonder (il fait partie des « Pères fondateurs de l’armée coréenne »). Il commence alors à enseigner son art à ses troupes. Son but est de donner à une Corée meurtrie par l’occupation japonaise et la guerre un art martial national, mais aussi de fonder sur la base des derniers progrès scientifiques une pratique d’autodéfense rationelle. C’est cet aspect scientifique qui donne sa spécificité première au Taekwon-Do, puisque chaque mouvement est étudié en fonction des principes scientifiques dans le but d’obtenir le maximum de puissance. 
Le pratiquant du Taekwon-Do/Taekwondo est appelé un Taekwon-DoisteAprès la création officielle du Taekwon-Do, le 11 avril 1955, des équipes de démonstration furent constituées. Composées des meilleurs représentants de cet art martial nouveau, elles avaient pour objet d’effectuer des tournées dans le monde entier afin de faire connaître le Taekwon-Do. En mars 1959, une première tournée fit découvrir à Taiwan et au Sud Vietnam ce nouvel art martial. En 1961-62, le Taekwon-Do était pratiqué par les militaires coréens autant que par la population civile de ce pays, mais aussi par les forces armées américaines stationnées en Corée. Ces mêmes années, le Taekwon-Do fut introduit à l’académie militaire de West Point (USA), l’une des plus fameuses du mondeNommé ambassadeur en Malaisie, le Général Choi introduisit le Taekwon-Do dans ce pays, après avoir effectué une démonstration dans un stade à la demande du premier ministre Malais.  En 1963, l’Association Malaise de Taekwon-Do fut crééeEn juin de la même année, une démonstration eut lieu dans le bâtiment des Nations Unies, à New York, et le Taekwon-Do fut choisi pour l’entraînement des militaires du Sud VietnamToujours en 1963, les associations nationales de Singapour et de Brunei furent créées. En 1965, le Général Choi prit sa retraite avec le grade de Général deux étoiles, et fut chargé par le gouvernement de Corée du Sud de diriger une tournée en Allemagne de l’Ouest, Italie, Turquie, Emirats Arabes Unis, Malaisie et Singapour. Les noms des membres de l’équipe de démonstration d’alors sont depuis rentrés dans la légende : Han Cha Kyo (VIème dan à l’époque), Kim Jun Kun (Vème dan), Kwon Jai Hwa (Vème dan) et Park Jong Soo (Vème dan). Il est inutile de souligner que le Taekwon-Do européen ne serait rien sans ces hommes qui ont voué leur vie tout entière à cet Art Martial. Le Taekwon-Do fut alors reconnu comme l’art martial national de
la Corée.
 
Ce fut l’occasion de faire connaître le Taekwon-Do dans ces pays, ainsi que d’établir les associations nationales qui, le 22 mars 1966 se réunirent pour former
la Fédération Internationale de Taekwon-Do, l
’ITF
Les pays fondateurs de l’ITF sont donc
la Corée, le Vietnam,
la Malaisie, Singapour, l’A
llemagne de l’Ouest, les Etats-Unis,
la Turquie,
l’Italie et les Emirats Arabes Unis
Le siège de l’ITF est alors à SéoulEn 1968, le Général Choi visita
la France à l
’occasion du symposium sur le sport militaire. 
Les représentants de 32 pays furent les témoins d’une démonstration historique. 
La même année,
la Grande Bretagne forma une association nationale de Taekwon-Do, et le Général se rendit en Espagne, au Canada, aux Pays Bas, en Belgique et en Inde. 
En 1969, le Général effectua une tournée dans 29 pays afin de rencontrer les instructeurs des ces différents pays et effectuer les prises de vues qui illustrent la première édition de l’Encyclopédie (©1972). L’année 1970 fut à l’image de 1969 Le Général voyagea dans le monde entier pour faire découvrir le Taekwon-Do et conduire des séminaires pour former des instructeurs ou perfectionner la technique de ceux-ci. 

1973, une année charnière

En 1972, le Général Choi introduisit le Taekwon-Do en Bolivie, République Dominicaine, Haïti et Guatemala. Mais confronté à une situation politique particulièrement difficile dans son pays, il fut contraint à l’exileAfin de ne pas perdre le Taekwon-Do, et avec l’accord des pays membres de l’ITF, le Général Choi déplaça le siège de l’ITF à Toronto, au Canada, d’où il espérait pouvoir diffuser plus aisément le Taekwon-Do dans les pays de l’EstLe gouvernement de Corée du Sud, qui ne voulait pas, lui non plus, perdre le Taekwon-Do, qui était devenu un extraordinaire outil de propagande pour le pays, créa
la WTF (World Taekwon-Do Federation) en 1973. 
Après un remaniement total des techniques, ce nouvel art martial, totalement différent du Taekwon-Do créé par le Général Choi, commença à se répandre dans de nombreux pays. 
Bénéficiant de l’appui du gouvernement, cet art martial put se développer très rapidement, surtout dans les pays de l’OuestDès lors, les deux Taekwon-Do cohabitent plus ou moins pacifiquement. Le maintien d’un seul nom pour désigner ces deux disciplines est à la base de nombreuses confusions, ces deux arts martiaux étant très différents dans les faits. Si le Taekwon-Do du Général Choi a poursuivi son évolution scientifique, celui de
la WTF a pris une tout autre direction, celle de l’olympisme. 
C’est ainsi qu’il fut reconnu sport olympique il y a quelques années. Précisons ici que cet art martial est encore fortement majoritaire en France, où l’ITF ne se re-développe que depuis une dizaine d’années

L’ITF (International Taekwon-Do Federation): le Taekwon-Do du fondateur

Un développement constant

Après la création de
la WTF, le Général Choi continue son travail de développement du Taekwon-Do originel par la biais de l’ITF, et une nouvelle équipe de démonstration part en tournée dès novembre-décembre 1973. 
Maître Park Jong Soo, désormais VIIème dan, en fait toujours partie. Il est accompagné par Maître Rhee Ki Ha, Maître Park Sun Tae et Maître Choi Chang Keun. Ils visitent 23 pays d’Europe, d’Asie, du Moyen Orient et d’Afrique, et établissent des organisations nationales dans 5 d’entre eux Sans s’arrêter de voyager, le Général Choi assiste à l’organisation du Ier Championnat du Monde en 1974 à Montréal (Canada) et du Ier Championnat d’Europe à Amsterdam (Pays Bas) en 1976En 1978, une nouvelle équipe de démonstration est constituée. Elle comprend Maître Choi Chank Keun, Park Jung Tae, Rhee Ki Ha et Leong Wei Meng. Ces deux derniers, ainsi que Park Jong Soo, ont aujourd’hui le grade de Grand Maître. En 1979, l’AETF (All Europe Taekwon-Do Federation) est fondée à Oslo (Norvège). Les équipes de démonstrations se succèdent, voyageant dans le monde entier pour introduire le Taekwon-Do.  L’année 1980 est une année historique pour le Taekwon-Do et pour le Général Choi, puisqu’une équipe de 15 membres (comprenant son fils Maître Choi Jung Hwa) effectue une tournée en Corée du Nord, pays natal du Général Choi. C’est la première fois que le Taekwon-Do est introduit dans ce pays. En 1981, une équipe de démonstration composée de nord-coréen et de sud-coréens est présentée par le Général Choi.  En 1985, le siège de l’ITF déménage de nouveau pour Vienne, où il est encore de nos jours. Le Décès du Fondateur du Taekwon-Do et Président de l’ITF le Général Choi Hong Hi survient le 15 juin 2002. Sa succession ne s’est pas faite dans l’unimité. Il existe maintenant 3 fédérations portant le même nom et qui sont présidées par 3 hommes différents. 


La compétition ITF

Le combat vu par le fondateur 

Un match de Taekwon-Do est plus qu’un simple affrontement de force et de talent. C’est aussi une exhibition esthétique de l’art martial dans une tradition honorable. Il existe une grande beauté dans le combat libre lorsqu’il est agressif mais contrôlé, dans l’exécution parfaite des formes ou dans le spectacle extraordinaire des coups de pieds volants et des techniques de casse. Bien que l’enjeu et l’esprit de compétition des participants soient important, les étudiants devraient également apprécier la rencontre et profiter de cet évènement pour lier de nouvelles amitiés dans la fraternité du Taekwon-Do, en échangeant de nouvelles techniques d’entraînement, et partageant ainsi les qualités physiques et mentales de l’art martial avec les spectateursLes compétiteurs prennent souvent le match beaucoup trop au sérieux et gâchent ainsi le spectacle au public et à eux-mêmes par leur manque de fair-play. Les accolades et les trophées représentent souvent des formes superficielles de reconnaissance. C’est le respect ressenti par les instructeurs et leurs élèves envers les autres qui contient la plus grande valeur. Une très grande importance a été placée sur le combat libre.  Bien que le combat libre soit un indicateur de l’entraînement de l’étudiant, il ne peut en aucun cas être le seul critère d’appréciation du niveau technique d’un pratiquantIl faut en effet prendre en compte un nombre important de paramètres. Dans le cas du combat libre, certains instructeurs et étudiants pensent que la victoire ne peut-être acquise qu’en plein contact, avec ou sans équipements de protection. Certainement, comme dans le cas du kick boxing ou d’autres styles de combat à main ouverte, le contact peut avoir lieu sans risque de blessure grave. Cependant, un étudiant en Taekwon-Do, en utilisant une technique correcte, peut facilement déboîter la mâchoire d’un adversaire ou causer la mort instantanée en une seule frappe. La grande majorité préfère le plein contact avec protections. Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles ceci est inadapté : 1) avec un équipement de protection, il serait nécessaire de couvrir complètement le corps plutôt que quelques points vitaux et armes naturelles. Des protections autour du cou, des dessous de bras, des tempes (atteignables en dépit du port d’un casque) et du visage seraient nécessaires en plus de casques et plastrons. Le corps tout entier serait protégé et les combattants ressembleraient a des chevaliers du moyen age. On doit aussi se rappeler que des étudiants capables de casser 4 ou 5 planches avec un coup de poing ou un coup de pied, peuvent causer de sérieuses contusions. 2) la liberté de mouvement serait grandement réduite et les protections deviendraient un fardeau pour les personnes légères. 3) le nombre des armes d’attaque utilisables serait limité. Avec des gants de boxe par exemple, il serait impossible d’utiliser le tranchant de la main ou le revers du poing ou le bout des doigts. 4) vitesse et précision deviendraient des critères inutiles. 5) Il serait impossible d’utiliser des techniques spéciales, par exemple, les coups de pied volants. 6) Le plein contact interdirait la compétition aux femmes, aux seniors, aux enfants et aux handicapés. 7) Les protections élimineraient la douleur, ce qui induirait une action réflexe dans les techniques de blocage. La douleur est la plus pénible mais la plus efficace des aides pour bâtir ténacité, courage et fierté. La méthode adéquate pour tester le talent et la puissance d’un étudiant est de conduire une rencontre proposant des tests cohérents d’habileté, ce qui inclus combat libre, formes, tests de puissance, et techniques spéciales. Grâce au combat libre, on testerait le courage, l’agressivité, l’esprit, la précision et la vitesse ; grâce aux formes, on testerait l’équilibre, la beauté et la concentration ; grâce a la casse, on testerait la puissance et grâce aux techniques spéciales, on testerait la coordination, les talents acrobatiques et la résolution. 

Cinq disciplines : mouvements fondamentaux, combat, tuls, casse, techniques spéciales 

Les compétitions organisées sous le patronage de l’ITF regroupent cinq sous-disciplines : 

Les mouvements fondamentaux 

Le combat libre 

Il s’agit d’un combat de semi-contact, c’est-à-dire que les coups sont maîtrisés, et n’ont pas pour but de mettre l’adversaire hors de combat. Tous les coups effectués avec les extrêmités des membres (mains et pieds) sont aurorisés au dessus de la ceinture. Cela signifie que les combattants peuvent utiliser des frappes effectuées avec le tranchant des mains, les poings, le dos de la main, le dessus du pied, le talon, etc. Les coups de coude et de genoux sont interdits, de même que les coups effectués avec le bout des doigts et les coups dans le dos ou derrière la tête. Les combattants portent des gants, des protèges-pieds, un protège-dents et une coquille. Il existe cinq catégories de poids, et trois catégories d’âge (junior, sénior, vétéran). 

Les tuls ou formes 

C’est le versant technique des compétitions de Taekwon-Do. Les compétiteurs s’affrontent côte-à-côte, face à un jury qui juge la qualité de l’exécution des formes effectuées par chaque compétiteur. Remarque : les formes sont des enchaînements de mouvements codifiés. Il en existe 24 en Taekwon-Do ITF. 

La casse 

La casse est une épreuve de puissance. Chaque compétiteur se présente pour effectuer cinq casses. L’une s’effectue avec un coup de poing, une avec le tranchant de la main, une avec un coup de pied de côté, une avec un coup de pied circulaire, et une avec un coup de pied retourné. Le compétiteur qui brise le plus de planches remporte la compétition. 

Les techniques spéciales 

Comme dans la casse, chaque compétiteur a cinq techniques à effectuer. Il ne s’agit cependant pas de briser des planches en puissance, mais d’atteindre avec chaque technique une cible placée le plus haut possible. 


La WTF (World Taekwondo Federation): le Taekwondo et l’olympisme

Le Taekwondo WTF: Techniques 

Le Taekwondo est surtout célèbre pour ses techniques de pied spectaculaires. 

Principales techniques de pied (Tchagui

NOM  MOUVEMENT  CIBLE  SURFACE DE FRAPPE 
Ap Tchagui  direct (avant)  tronc ou tête  « bol » du pied ou talon 
Yop Tchagui  latéral  tronc ou tête  talon ou tranchant du pied 
Tolio Tchagui  circulaire (avant)  tête  dessus du pied 
Bandal Tchagui  semi-circulaire (avant)  côtes  dessus du pied 
Twit Tchagui  direct (arrière)  tronc ou tête  talon 
Neryo Tchagui  de haut en bas (marteau)  tête ou tronc  talon ou plat du pied (jambe tendue) 
Mom Tolio Tchagui  circulaire 360° (arrière)  tête  talon ou plat du pied (jambe tendue) 
Twidora Bandal Tchagui  semi-circulaire 180°  côtes  dessus du pied 

Les techniques de coup de genou (Mouroup Tchigui), interdites en compétition, ne servent que pour la self-defense et les Poom-Se (voir plus loin). 

Techniques de main 

Quasiment pas utilisées en compétition, elles portent des noms plus techniques, composées : 

  • d’un nom de position de main : Jou Mok (le poing de face), Toung Jou Mok (le dessus du poing), Me Jou Mok (le côté extérieur du poing), Sonnal (le tranchant de la main), Patang Son (la paume), Pyeum Son Keut (le bout des doigts tendus et serrés), Ka Oui Son Keut (le bout de 2 doigts tendus et écartés), Pal Koup (le coude), Pal Mok (l’avant-bras),… 
  • d’un nom de mouvement : Yeup (coup latéral), Nelyeu (de haut en bas, coup du marteau), Pandé (avec la main du même côté que la jambe avant), Paro (avec la main du même côté que la jambe arrière),… 
  • d’un nom de hauteur : Aré (sous la ceinture), Mom Tong (tronc), Olgoul (tête),… 
  • d’un nom de technique : Tchigui (attaque) ou Maki (blocage). 

En plus des techniques traditionnelles, il y a aussi : 

  • de la casse (Gyeuk-Pa
  • de la self-défense (Ho-Sinn-Soul

Terminologie officielle 

Retrouvez la terminologie officielle (en anglais) sur le site du Kukkiwon. Cette terminologie est approuvée et créée par le Concile Technique. En Taekwon-Do, le développement personnel, la ténacité, la volonté et la technique sont gradés tout comme les capacités individuelles. L’échelle de promotion est divisée en 19 rangs – 10 grades (Gups) et 9 degrés (Dans). Le débutant commence avec le 10ème grade et termine avec le 1er grade. Les degrés commencent par le 1er degré (Dan) et finissent avec l’ultime 9ème degréIl existe évidemment une symbolique dans ce système de numérotation. Concernant les degrés, le 9 est non seulement le plus grand des chiffres mais est également le résultat de la multiplication du chiffre 3 par lui-même. En Orient, 3 est le plus respecté des tous les nombres. On croyait qu’un individu qui réussissait a promouvoir son pays, ses compatriotes et Dieu, et qui était capable d’unifier les trois pouvait prétendre a devenir Roi. Lorsque l’on multiplie trois par lui-même, on obtient 9, le plus grand des grands ; 9 est donc le grade le plus élevé des grades supérieurs. Il est également intéressant de noter que si l’on multiplie 9 par n’importe quel chiffre, et que l’on fait la somme des chiffres composant le résultat de la multiplication, cette somme est toujours égale à 9, i.e., 9 x 1 = 9 ; 9 x 2 = 18, 1 + 8 = 9 ; 9 x 3 = 27, 2 + 7 = 9 etc … 9 x 9 = 81, 8 + 1 = 9. Puisque 9 est le seul chiffre a posséder cette propriété, 9 représente le plus positif des présages. Si nous poussons l’utilisation du chiffre 3 en peu plus loin, les degrés sont à nouveaux divisés en trois classes distinctes : 

  • Les 1er, 2ème et 3ème degrés sont les premières étapes du novice sur le chemin de la ceinture noire. Les étudiants sont alors encore des débutants si on les compare aux degrés supérieurs. 
  • Le 4ème degré marque l’entrée dans la classe des experts. 
  • Du 7ème au 9ème degré, on trouve les Maîtres en Taekwon-Do, l’élite qui comprend pleinement tous les aspects physiques et mentaux du Taekwon-Do. 

Une dernière question est peut-être : pourquoi commence-t-on avec le plus faible des nombres à deux chiffres comme grade, 10, pourquoi ne pas commencer avec le plus faible des chiffres puis procéder, du 1er au 10ème grade et enfin du 1er au 9ème degré ? Bien que cela serait sans doute plus logique, le système numérique de 10 à 1 puis de 1 à 9 est en Orient une tradition sans âge. Il serait impossible, voire impertinent, d’essayer de changer une habitude qui se retrouve même dans les jeux d’enfants. Peut-être existait-il une raison logique pour cela mais cette raison s’est perdue dans l’antiquité. Quoiqu’il en soit, 10 est le plus petit des nombres à deux chiffres et par conséquent, un débutant doit commencer avec ce grade plutôt qu’avec 11 ou 12, nombres plus grands. 

WTF: Grades, degrés et ceintures 

D’une école à l’autre, la correspondance entre grades, degrés et ceintures peut varier fortement. Aussi, on peut trouver une progression en plus de 10 grades pour les enfants, incluant les ceintures orange et violette. Voici un exemple de progression pour un adulte : 

  • 10ème grade : ceinture blanche 
  • 9ème grade : ceinture blanche avec barre jaune 
  • 8ème grade : ceinture jaune 
  • 7ème grade : ceinture jaune avec barre verte 
  • 6ème grade : ceinture verte 
  • 5ème grade : ceinture verte avec barre bleue 
  • 4ème grade : ceinture bleue 
  • 3ème grade : ceinture bleue avec barre rouge 
  • 2ème grade : ceinture rouge 
  • 1er grade : ceinture rouge avec barre noire 
  • 1er degré : ceinture noire 
  • 2ème degré : ceinture noire avec barre blanche 
  • … 


La compétition en WTF 

Protections 

En combat, lors des compétitions, les coups étant portés, le port des protections suivantes est obligatoire : casque, plastron, protèges avant-bras, protèges-tibias, coquille. 

Coups autorisés 

  • Tous les coups doivent être portés debout et au-dessus de la ceinture. 
  • Les coups de pieds sont autorisés au niveau de la tête et du plastron (sauf dans le dos). Le coup le plus utilisé en compétition est Bandal Tchagui. 
  • Les coups de poing n’étant autorisés qu’au niveau du plastron, leur efficacité s’en trouve très amoindrie et ils sont donc peu utilisés. 

L’album et les Videos de Notre club TTA

dscf0834.jpgdscf0829.jpgdscf0827.jpgdscf0819.jpgdscf0802.jpgdscf0795.jpgdscf0786.jpgdscf0782.jpgdscf0774.jpgdscf0771.jpgpict0169.jpgpict0140.jpgpict0140.jpgpict0139.jpgpict0136.jpgpict0135.jpgpict0133.jpg

La nouvelle de la semaine (Compétition junior à Maatkas Tuls et Matsogi)

mokrane.jpgpict0206.jpg

Association Sportive Tafath de Teakwon-Do ITF de Maatkas  « T.T.M »                                                                   

   Le club THafath de Taekwondo ITF de Maatkas  recevera , un tournoi tuls et Matsogi   pour la categorie juinior au niveau de la salle du club  et cette évènement se débutera le vendredi  26 decembre 2008 .

              Tous le gens interssés peuvent assister à cette évènement soyer le bienvenus.

2/ les resultats de la compétition  programme à Maatkas                                                                                                  

 Cette competition à était gérer par le président  du club en Algerie Brahim bahmed 3eme Dane , nous avons obtenus en mtossogi (combats) 3 medailles d’or et 3 medailles d’argents et 2 medailles de bronze , et car cette evenement à une forte participation de 06 club en maatkas;boudjimaa, azfone, tala bouzrou ; trhante ,ifilissene

 

pict0204.jpgpict0143.jpgpict0142.jpgpict0061.jpgpict0055.jpgpict0052.jpgpict0050.jpgpict0048.jpgsdc10012.jpg   

.

sdc100191.jpgsdc10017.jpg

sdc10015.jpgsdc10017.jpgsdc10018.jpgsdc10019.jpg

  

L’album et les Videos de Notre club TTA

hpim3980.jpghpim3979.jpghpim3977.jpghpim3983.jpgpict0023.jpgpict0021.jpgpict0020.jpgpict0132.jpgpict0018.jpgmouradasmani.jpgsanstitre5.bmpsanstitre.bmppict0169.jpgpict0140.jpgpict0139.jpgpict0132.jpg

ammarahmed1.jpgmail.jpgpict01091.jpgpict01081.jpgpict01061.jpgpict01041.jpgpict01031.jpgpict00691.jpgpict0099.jpgpict0097.jpgpict0067.jpg

Historique de Taekwon-Do en Kabylie

1.bmp 2.bmp

Kamel Ait amour, Hamoudi Mohamed, Moh moussaoui avec Pak Bong dok

à l’hotel amraoua à Tizi-Ouzou

_ Historique  de  taekwon-Do en Algerie

Le TaeKwonDo est apparue en Algérie vers le début des années 80 avec la version WTF

le pionnier du taekwon-do est M.Lamara qui est l’actuel DTN de la federation algerienne du taekwondo WTF 

Les premiers club en Algérie sont : Boghni  Maatkas Ouadhias et Tigzirt  tous se situent en Grande Kabylie

__En 1993 alors que le TaeKwonDo WTF est rattachée à la fédération algérienne de Karaté

Un Expert Coréen M. Pak bong dok 5 eme Dan ITF est invitée en Algérie pour développer le TaeKwonDo

 il resta une année en Algérie et a permis la formation de dizaine de club ITF tous principalement en Kabylie

Historique de Taekwon-Do

    

Generale Choi Hong Hi

070810founder1.jpg

Les 15 ans B du stade porte... |
L'Ecole de Foot à 11 de l'ASM |
domainedeschevaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debutantsboissetchalain
| ligue ORGEVAL
| Modèle Air Club de Loire At...